Lalettrine.com

Anne-Sophie Demonchy
Des livres, des films, des expos et bien plus encore...

 

Mail : annesophiedemonchy [a] lalettrine.fr

Twitter : @asdemonchy

Mon CV : annesophiedemonchy.com

 

 

768 000  lecteurs et
plus de 230 livres chroniqués
depuis le 21 août 2006

follow-me-twitter.png

Ma bibliothèque

Mes livres sur Babelio.com

Derniers Commentaires

Lundi 5 mars 2007 1 05 /03 /Mars /2007 19:32

Durant mon escapade normande, j’ai découvert un petit livre couronné par le Goncourt des lycéens, il y a deux ans déjà et qui va, cette année, être adapté au cinéma : Le Secret de Philippe Grimbert. Ce roman m’a intéressé pour différentes raisons.

 

Un récit non linéaire

L’histoire commence quand le narrateur, Philippe, a 15 ans. Il est malingre, chétif, mal dans son corps, alors que ses parents sont deux superbes athlètes. Il rêve d’avoir un frère qui pourrait le comprendre, partager ses peines, se battre et chahuter avec lui. Mais voilà, il est fils unique, du moins le croit-il. Jusqu’au jour où sa vieille amie, Louise lui révèle qu’il a bien eu un grand frère, Simon, mais celui-ci a connu un destin tragique au cours de l’Occupation nazie. Louise lui raconte alors l’histoire de ses parents qu’il a tant idéalisés et découvre des secrets enfouis qui ternissent leur image parfaite. Plus de la moitié du livre est consacrée à cette période noire qu’est la Seconde Guerre mondiale. La dernière partie du livre reprend quand le narrateur devient adulte, père de famille et psychiatre.

Le rythme est haletant, le récit ne cesse de faire des allers-retours entre passé et présent afin de montrer comment les blessures du passé restent ancrées dans le présent, même sans être dites.

 

Un récit autobiographique

Philippe Grimbert raconte l’histoire de sa famille sans se mettre au centre, d’ailleurs, il écoute, en auditeur simple, Louise, qui lui rapporte des événements qui ont eu lieu des années avant sa naissance mais qui ont eu des conséquences dans sa propre existence. Alors que le récit au début est dominé par un « je » omniprésent, qui se scrute, observe son corps, se lamente de ses complexes, peu à peu, il s’efface pour laisser la place à la voix de Louise.  C’est autant lui-même que ses parents que Philippe Grimbert a analysé et raconté dans cette histoire.

 

Un roman psychologique

Philippe Grimbert est devenu psychanalytique, et la façon dont il mène son récit s’en ressent. En effet, dès le début, le jeune Philippe souffre de se voir si maigre et fragile en comparaison avec ses parents si dynamiques. Il voit dans le regard de son père qu’il n’est pas à la hauteur de ses espérances. Et, au fil du texte, on comprend pourquoi ce narrateur était si mal dans son corps : il était rongé par un secret familial. Dès que Louise lui révèle ce douloureux secret, il se métamorphose physiquement et se renforce. De connaître ses origines ne lui a pas permis de fermer des plaies profondes mais de s’accepter et de mettre des mots sur ses propres maux.

Ce roman offre une réflexion sur le secret, ses conséquences et sur le poids de la culpabilité.

 

Une histoire romanesque

Ce roman est agréable à lire car, si le cadre est celui de l’Occupation, les thèmes de l’amour, de l’amitié et de la trahison sont abordés et développés. En effet, Grimbert nous raconte avant tout l’histoire d’amour de ses parents, certes entachée de honte et de mort, mais le narrateur a réuni tous les ingrédients de la passion (coup de foudre, désir, séduction, jalousie…). 

Enfin, Philippe Grimbert a eu recours à différents registres, celui du réalisme puisqu’il décrit une période historique précise, celui du tragique avec, notamment l’annonce des malheurs avant qu’ils ne surviennent, celui du pathétique avec par exemple la dédicace d’un livre mémoriel à son frère.

Publié dans : Pas mal...
Ecrire un commentaire - Voir les 16 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche

Infos







logo-lettrine-negre-litteraire.jpg

 

 

classement-lettrine.jpg

 





Association amie

skyscraper-partage.gif

Syndication

  • Flux RSS des articles

Interview




Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés